• La bulle d'Op+lait

Du lait sans résidus d’antibiotiques!

Mis à jour : 23 août 2019

Traduit et adapté de : Melanie Epp, «13 ways to avoid medicine residues in milk», http://m2-magazine.org, 14 février 2016

Les résidus d’antibiotiques représentent un enjeu majeur pour l’innocuité du lait car ils peuvent potentiellement avoir des impacts en santé humaine. Ils peuvent également interférer avec les processus de fabrication des produits laitiers en inhibant la fermentation des yogourts et des fromages. L’industrie laitière ne tolère pas la présence de ces résidus dans le lait. Si des résidus d’antibiotiques sont détectés à la ferme ou à l’usine, le lait est systématiquement considéré impropre à la consommation humaine.


Voici 13 façons préventives à appliquer à la ferme pour éviter la présence de résidus d’antibiotiques dans le lait.


1. Former le personnel correctement 

Tout le personnel doit être formé de façon à ce qu'ils comprennent l'importance de la suppression des résidus. La formation devrait être donnée de façon continue et régulière.


2. Adopter des pratiques et procédures d’opérations standardisées sur la ferme

Chaque personne qui effectue une procédure de traitement devrait connaître les procédures d’opérations standardisées de la ferme. Les pratiques devraient être écrites et accessibles par le personnel en tout temps.


3. Identifier les vaches traitées

Dans les troupeaux, lorsque les vaches ne sont pas identifiées clairement comme étant sous traitement antibiotique, il est plus à risque que le lait contaminé soit accidentellement mis au réservoir. Pour cette raison, il est essentiel que chaque vache traitée puisse être repérée facilement. Notez que de se fier aux étiquettes d’oreilles peut être problématique car le trayeur ne peut pas les voir à partir de la fosse de traite.


4. Marquer toutes les vaches avant l’administration du traitement

La pratique la plus efficace est de marquer toutes les vaches avant d’effectuer un traitement antibiotique. Certains producteurs identifient les vaches en colorant le pis.


Par exemple : une marque de couleur et/ou un bracelet avertit le trayeur que le lait doit être jeté.

5. N’utiliser que des antibiotiques approuvés

Tous les antibiotiques utilisés pour les vaches laitières doivent être approuvés par les autorités règlementaires canadiennes. Idéalement, des protocoles de traitement approuvés par le médecin vétérinaire doivent être utilisés sur la ferme.


6. Entreposer les antibiotiques correctement

Il est important d’entreposer les antibiotiques correctement pour éviter toute confusion avec d’autres produits. Les produits expirés ne doivent pas être utilisés et doivent être détruits de façon sécuritaire.


7. S’assurer que les antibiotiques sont étiquetés correctement

Les bouteilles doivent demeurer bien identifiées avec leur étiquette et celle-ci doit indiquer la période de retrait du lait, le dosage, la fréquence du traitement et le mode d’administration.


8. Recenser tous les traitements

Il est d’une obligation nécessaire de recenser tous les traitements donnés aux animaux de consommation. Tous les traitements, non seulement le premier et le dernier, doivent être notés dans les registres à la ferme.


9. Traire les vaches traitées séparément ou à la fin

La meilleure pratique est de traire les vaches dont le lait doit être jeté en dernier et/ou séparément. Cette façon de faire évite la mise au réservoir de lait potentiellement contaminé.


10. Tester le lait lors de l’achat des vaches

Même si la plupart des producteurs achètent des vaches en présumant qu’elles sont exemptes de résidus d’antibiotiques, c’est une bonne pratique de tester les vaches avant de les traire pour en être certain.


11. Respecter la période de retrait

Les producteurs doivent clairement comprendre et respecter la période de retrait prescrite. Dans des situations où l’antibiotique est utilisé hors étiquette ou de façon prolongée,  il est important de suivre la recommandation du médecin vétérinaire prescripteur. En cas de doute, un test de dépistage d’antibiotiques devrait être effectué.


12. Séparer les vaches laitières des vaches taries

Lorsque les troupeaux sont plus petits, les vaches laitières et les vaches taries peuvent demeurer ensemble. Cette pratique devrait être évitée lorsqu’un traitement a été administré aux vaches taries, au cas où une des celles-ci serait traite accidentellement.


13. Jeter le lait des vaches traitées

Jusqu’à la fin de la période de retrait appropriée, tout le lait des vaches traitées doit être jeté. Certains producteurs croient, à tort, qu’il n’est nécessaire de jeter le lait que pour les quartiers traités. Cette pratique incorrecte augmente le risque de la présence de résidus dans le lait à la ferme.


L’application de ces bonnes pratiques évite la contamination du lait du réservoir par des résidus d’antibiotiques, évitant ainsi la condamnation du lait et les sévères pénalités qui s’en suivent. Appliquées quotidiennement, elles contribuent à garantir aux usines de transformation laitière, un produit à la hauteur de leurs attentes et aux consommateurs des produits laitiers sains et de qualité!


Traduit et adapté de Melanie Epp: http://m2-magazine.org/13-ways-avoid-medicine-residues-milk/?utm_source=M2-Magazine&utm_campaign=66027e890aRSS_EMAIL_CAMPAIGN+%2A%7CRSSFEED%3ADATE%7C%2A&utm_medium=email&utm_term=0_2e53389d21-66027e890a-37873801, 14 février 2016


#vache #lait #médecinevéterinaire #quialitédulait

Faculté de médecine vétérinaire 3200 rue Sicotte
Saint-Hyacinthe (Qc) J2S 2M2

© 2015 Regroupement Op+lait

450.773.8521 poste 8619