• La bulle d'Op+lait

Médecine vétérinaire Qualité du lait Le nouveau « Plan en 7 points pour le contrôle de la mammite »

Thomas C. Hemling (TCH Animal Health LLP) et Hélène Poirier, agr. ( Regroupement Op+lait)


Au cours des 40 dernières années, depuis l’adoption du Plan en 5 points pour le contrôle de la mammite, on a pu constater une réduction significative du nombre de cas de mammite clinique, du nombre de cellules somatiques et de prévalence de mammites causées par les bactéries contagieuses.

Voici le Plan en 5 points initial:

1. Désinfecter tous les trayons après chaque traite

2. Traiter rapidement tous les cas de mammite et tenir un registre des cas

3. Utiliser un traitement de tarissement sur toutes les vaches

4. Réformer toutes les vaches après trois épisodes ou plus

5. Entretenir le système de traite correctement


Malgré le succès du Plan en 5 points, la mammite demeure aujourd'hui la maladie la plus coûteuse dans les fermes laitières à travers le monde, avec un coût de 250$ à 450$ par cas clinique et une évaluation des coûts annuels à plus de 2 milliards de dollars aux États-Unis seulement. Nous constatons aujourd'hui que la mammite contagieuse a été remplacée en grande partie par des mammites provenant de bactéries environnementales. Nous constatons également qu'en raison de préoccupations au sujet de la résistance et des résidus, l'utilisation d'antibiotiques, en particulier l'utilisation prophylactique au tarissement est, ou deviendra, sévèrement limitée. Nous avons également bénéficié au cours des 40 dernières années d’une meilleure compréhension du système immunitaire, apportant de nombreuses technologies développées pour améliorer l'immunité et réduire le risque de mammite. De ces développements, résulte notre proposition d’étendre le plan à 7 points pour le contrôle de la mammite. Nous conservons ou modifions les 5 points actuels et ajoutons 2 nouvelles régions à surveiller.


1. Désinfecter tous les trayons après chaque traite

La désinfection des trayons après la traite est à la base de la prévention de la mammite contagieuse. L'efficacité des différents produits offerts est bien documentée dans la littérature scientifique. Il a été démontré que la réduction des taux de mammite, suite à la désinfection des trayons après la traite, était de 40% ou plus, certains résultats approchant même les 100% dans certaines études. Une large gamme de germicides s'est révélée efficace, l'iode étant la plus étudiée. D'autres germicides dont l'efficacité a été prouvée dans des essais cliniques comprennent le dioxyde de chlore, le peroxyde d'hydrogène, l'acide lactique, l'acide glycolique et la chlorhexidine. Compte tenu du large éventail de choix, les fermes laitières peuvent choisir des germicides qui sont naturellement présents dans le lait (iode, peroxyde d'hydrogène, acide lactique ou acide glycolique). Les désinfectants pour trayons après la traite agissant comme une barrière peuvent aider à réduire la mammite environnementale et contagieuse.


2. Traiter tous les cas de mammite dès que les bactéries ont été identifiées et enregistrer les données

Les traitements antibiotiques restent un outil important de bien-être animal pour soigner les cas de mammite, ramenant la vache à une pleine production et réduisant la propagation des maladies contagieuses. Cependant, la plupart des antibiotiques administrés aux vaches laitières ne sont efficaces que contre les bactéries à Gram-positif et S. aureus résiste souvent aux traitements. Compte tenu des préoccupations concernant la surutilisation des antibiotiques en santé animale, il est prudent de traiter la mammite (à la fois clinique et subclinique) seulement après l'identification de la bactérie responsable. Cela réduirait non seulement l'utilisation d'antibiotiques, mais réduirait également la quantité de lait retiré du réservoir en raison du retrait d'antibiotique. Le succès de cette approche serait facilité par l'utilisation plus étendue de l'identification des bactéries à la ferme (ex: cultures faites sur bi-plaque ou tri-plaque) et le développement de nouveaux tests rapides identifiant même les bactéries dans les 12 heures. Si les résultats étaient disponibles entre les traites, reporter le traitement ne devrait pas poser de problème.


Il est prudent de traiter la mammite (à la fois clinique et subclinique) seulement après l'identification de la bactérie responsable. Un échantillon de lait doit être pris à des fins de cultures bactériologiques.

3. Utiliser un scellant à trayons sur toutes les vaches taries et utiliser le traitement au tarissement de façon sélective

Le traitement systématique des vaches taries s'est révélée efficace pour guérir les infections cliniques et subcliniques existantes et pour réduire les infections pendant la période de tarissement. Jusqu'à cette époque, il était moins cher pour un producteur de traiter que de tester pour déterminer l'état d'infection du pis de chaque vache au tarissement. Comme la surutilisation des antibiotiques est de grand intérêt, l'utilisation prophylactique n'est plus autorisée dans certains pays et, mondialement, n'est plus recommandée. Il a été démontré que les scellants pour trayons, qu'ils soient internes ou externes, offrent une bonne protection contre les nouvelles infections durant la période de tarissement. La pression des consommateurs continuera d'augmenter et ce n'est qu'une question de temps avant que la demande des consommateurs ou les règlements interdisent l'utilisation d'antibiotiques prophylactiques. Des schémas de traitement sélectif au tarissement ont été mis en œuvre aux Pays-Bas, par exemple, démontrant une réduction substantielle de l'utilisation d'antibiotiques sans augmentation des infections de la période de tarissement.


4. Réformer toutes les vaches après trois épisodes ou plus

Cette recommandation demeure prudente car les vaches ayant subi plusieurs cas cliniques restent des réservoirs pour l'infection des bactéries contagieuses. Les données continuent de démontrer que S. aureus est souvent résistant aux traitements par antibiotiques. Toute vache infectée de façon chronique est une source d'infection et, avec une réduction probable de la production de lait, devrait être retirée du troupeau.


5. Entretenir le système de traite correctement

Le système de traite demeure une voie de transmission des bactéries contagieuses des vaches infectées vers les vaches non infectées. Avec l'augmentation de la taille des troupeaux, la traite sur 24 heures et la traite robotisée, nous avons souvent une augmentation substantielle du nombre de vaches traites par jour au même point de traite. Le transfert de bactéries contagieuses est donc potentiellement plus élevé qu'au moment de l'introduction du Plan en 5 points.


6. Traire un trayon propre, sec et désinfecté (nouveau point)

Avec le contrôle accru des bactéries contagieuses, la mammite provoquée par des agents pathogènes environnementaux est le problème dominant dans de nombreux troupeaux. Une hygiène en pré-traite efficace réduit à la fois le risque de mammite et contribue à réduire la contamination bactérienne du système de traite et du réservoir. La routine en pré-traite doit inclure les premiers jets pour la stimulation et la détection de lait anormal, le nettoyage, la désinfection et le séchage du trayon avant la fixation du manchon-trayeur. Cette procédure permet d'obtenir un trayon propre, sec et désinfecté et permet une bonne évacuation et un écoulement rapide du lait. Les agents nettoyants ou désinfectants doivent être homologués pour cette utilisation et les produits utilisés doivent être approuvés en cas de contact avec les aliments. Les désinfectants doivent être choisis parmi ceux naturellement présents dans le lait (iode, peroxyde d'hydrogène, acide lactique et acide glycolique). L'avantage de la désinfection en pré-traite est documenté dans de nombreuses études et la recherche a démontré un faible risque de résidus dans le lait lorsque des procédures appropriées sont utilisées.


7. Utiliser la nutrition, les stimulants et les vaccins pour améliorer l'immunité (nouveau point)

La stimulation de l'immunité d'une vache est une option efficace pour réduire les risques de mammite. Les vaccins contre la mammite à coliformes se sont avérés efficaces pour réduire les symptômes de la mammite et, récemment, les vaccins contre la mammite à S. aureus ont donné de bons résultats. L'optimisation nutritionnelle peut fournir une protection contre la mammite, et le bénéfice des minéraux et des vitamines (sélénium et tocophérol) est bien documenté. Il a été démontré que de nouveaux traitements de stimulation ou de restauration immunitaire (ex. pegbovigrastim) procurent des bienfaits protecteurs.


Voici donc le nouveau Plan en 7 points :

1. Désinfecter tous les trayons après chaque traite

2. Traiter tous les cas de mammite dès que les bactéries ont été identifiées et enregistrer les données

3. Utiliser un scellant à trayons sur toutes les vaches taries et utiliser le traitement au tarissement de façon sélective

4. Réformer toutes les vaches après trois épisodes ou plus

5. Entretenir le système de traite correctement

6. Traire un trayon propre, sec et désinfecté (nouveau point)

7. Utiliser la nutrition, les stimulants et les vaccins pour améliorer l'immunité (nouveau point)


(Le texte est paru initialement en anglais dans la revue M2 Magazine en ligne le 12 décembre 2017 à: http://m2-magazine.org/7-point-plan-mastitis-control/. L'auteur a autorisé sa traduction.)


#mammite #prévention #vaccins #contrôle #systèmedetraite #scellanttrayon


Faculté de médecine vétérinaire 3200 rue Sicotte
Saint-Hyacinthe (Qc) J2S 2M2

© 2015 Regroupement Op+lait

450.773.8521 poste 8619